Chalet du Lac

 

Une partie du lot 35 du rang ll sur lequel est érigé l’hôtel a d’abord appartenu au frère du premier ministre Honoré Mercier, Edouard-Henri Mercier.

Le « Chalet du lac » fut construit au début du siècle dernier par la compagnie forestière, qui était installée sur le plateau entre le « lac Brochet« (lac Moore) et le lac Mercier, afin d’y loger ses travailleurs.

 

Collection SOPABIC …- vers 1918

 

Dès 1905, on peut apercevoir cet édifice imposant à l’endroit où est maintenant l’édifice « Félix Calvé » (l’ancien hôtel de ville de la municipalité de Mont-Tremblant et où sont maintenant logés les locaux municipaux et ceux de SOPABIC).

Chalet du lac 1930
Coll. Pierre McCabe

 

 

De « Chalet du lac » à « Mont-Tremblant Inn »

La Laurentian Chemical Co. vend l’hôtel le 23 juin 1932 à Ernest Benoit, qui le dirige de 1932 à 1934 sous le nom de « Mont-Tremblant Inn » et « Hôtel Mont-Tremblant ».

BAnQ La Patrie 7 juillet 1932

 

BAnQ La Patrie 22 juin 1933 Hotel Mont-Tremblant (E. Benoit)

 

L’immeuble est rétrocédé à la compagnie Standard Chemical (anciennement Laurentian Chemical) le 29 mars 1934, qui l’exploite pendant quelques années comme hôtel à la disposition des travailleurs de la compagnie. Le curé Charles-Hector Deslauriers utilise fréquemment le salon de l’hôtel pour y tenir des activités pour les jeunes de la région..

De « Mont-Tremblant Inn » à « Auberge du curé du village »

Le 22 juillet 1939, la compagnie vend toutes les bâtisses qui étaient érigées sur ses lots incluant l’hôtel, au Rév. Charles-Hector Deslauriers, curé du village de Mont-Tremblant.

Le curé Deslauriers était très engagé envers les jeunes de la région et mettait à l’hôtel à la disposition des Auberges de Jeunesse pour encourager la pratique d’activités sportives.

On connait alors l’hôtel sous le nom de « l’Auberge du curé du Village ».

BAnQ-Le Droit 5 juillet 1938

 

De « Auberge du curé » à « Auberge Mont-Tremblant »

BAnQ-Augerge Mont-Tremblant 1943

 

 

Le 6 avril 1943, le Rév. Charles-Hector Deslauriers vend l’auberge de 52 chambres à l’hôtelier à Adélard Martin, se libérant ainsi d’une dette envers Aurore Grégoire, veuve de Paul-Émile Grenon.

BAnQ-La Presse juil 1945-Auberge Mont-Tremblant

 

Adélard Martin exploite l’hôtel pendant deux ans sous le nom de « Auberge Mont-Tremblant » avant de la revendre à Oscar Lapierre, un cultivateur de Grandby le 5 juin 1945.

Celui-ci revend l’immeuble à Adrien St-Jean le 15 avril 1946. C’est le 6 septembre 1946 que l’immeuble passe aux mains de Bérangère Sauvé, épouse d’ un plombier de Val Morin,  Louis-Clément Gendron.

 

Snack bar devant le Chalet du lac, vers 1946 Collection: Jacques Saint-Louis

 

L « Auberge Mont-Tremblant » redevient « Chalet du Lac » …

L’ancienne « Auberge du curé du Village » est redevenue un hôtel touristique, le « Chalet du Lac ».

Sous la direction de Bérangère Gendron, le « Chalet du Lac » attire à nouveau les plaisanciers qui profitent des nombreuses activités, été comme hiver.

BAnQ-La Patrie 3 juin 1947

 

 

Coll. SOPABIC

La situation économique de cette période d’après-guerre est difficile. Bérangère Gendron doit faire appel à quelques créanciers.

Le 1er avril 1952, en vertu de deux jugements de cour, le premier datant du 28 juin 1951 et le deuxième du 3 janvier 1952, Sylvio Lachapelle, un gérant de taverne de Montréal, devient propriétaire de l’immeuble en tant que dernier créancier.

La fin d’un chapitre et le début d’un autre.

Un chapitre de l’histoire du petit village de Mont-Tremblant vient de se terminer. Le « Chalet du Lac », est réduit en cendres le 8 avril 1952.

 

L’emplacement est acheté par Charles St-Louis (Dorina Tassé) le 15 janvier 1953. Il revend le même jour le terrain à la Corporation municipale de Mont-Tremblant afin d’y construire un bâtiment qui deviendra une école pour les garçons du village, « l’école Dominique Savio« .

 

À l’été 1969, l’école des garçons est relogée et la Municipalité de Mont-Tremblant y installe ses bureaux. L’administration de la municipalité a maintenant un Hôtel de Ville et Félix Calvé y siège comme premier maire de Mont-Tremblant. L’édifice municipal se nomme désormais « l’Édifice Félix-Calvé ».

BAnQ-Porte-Rouge-et-Hotel-de-Ville

En janvier 1953, Charles St-Louis a également vendu à la Municipalité de Mont-Tremblant, tout l’espace entre le chemin et le lac, où sera aménagée la plage publique. Il s’est toutefois réservé une portion de terrain où il érigera « l’Auberge La Porte Rouge ».

 

 

  >>>  retour: