Les Pionniers des versants Sud et Sud-Est du lac

Versants Sud et Sud-Est du lac Mercier
Les lots 36 et 37 du rang ll du canton de Grandison

 

En 1899, elle vend les lots 36 (67 acres) et 37 (31 acres), ainsi qu’une petite partie du lot 35 du 2e rang du canton de Grandison, à Edouard-Henri Mercier, officier de douanes de Montréal et frère d’ Honoré Mercier. Ces lots sont adjacents au lac Mercier.

Edouard-Henri Mercier devient ainsi propriétaire des lots adjacents au lac Mercier Ce vaste territoire couvre environ le lac dans sa partie sud et sud-est.

Collection SOPABIC …- vers 1918

Un fait intéressant : les Mercier possèdent un îlot rocheux dans le lac Mercier situé dans le prolongement de la ligne de division entre les lots 36 et 37.  Cet îlot devait être plus important à l’époque car il apparait toujours comme « portion de territoire » lors des transmissions de titres de propriétés jusqu’en dans les années 30.

BAnQ-Lac-Mercier-et-ilot-1

Les Mercier construisent un camp à l’extrémité du lot 37 du 2e rang de Grandison à la limite du lot 1 du rang D de Clyde, Cet endroit était la retraite favorite de l’Hon. Honoré Mercier, alors qu’il était premier ministre. Il s’y rendait souvent en compagnie de ses deux fils et de son frère Edouard-Henri.

Son fils Honoré Mercier ll y est photographié en 1895 en compagnie d’amis et de politiciens:

BAnQ-camp de pêche des Mercier-1895

Une villa familiale remplacera le camp de pêche des Mercier et la famille d’Edouard-Henri Mercier y passe ses  vacances estivales.

« Les Mercier, premiers villégiateurs« 

 

Coll. Nicole Roch
Coll. Nicole Roch
Coll. Nicole Roch

 

Edouard-H. Mercier décède en juin 1905. Après le décès d’Edouard-Henri Mercier, ses deux filles Cécilia et Évelina sont les héritières. Cécilia cède sa part d’héritage à Evelina « Eva » Mercier, qui devient propriétaire de presque tout le territoire adjacent au lac dans sa partie sud-est.

Lorsqu’ Évelina Mercier  décède en septembre 1920, ses propriétés sont léguées à son époux, Alfred Beaudoin, ainsi qu’à ses 6 enfants. Les enfants Beaudoin continuent de fréquenter le lac Mercier pendant plusieurs années.

Le lot 37 sur lequel a été construite la villa des Mercier, a un nouveau propriétaire le 20 novembre 1926: Victoria Desroches, veuve d’Ulric Surprenant,  en son vivant voiturier de l’État du Massachusetts, acquiert la propriété et la transforme en maison de pension de 12 chambres. La villa devient le « Manoir Lac Mercier« .

Collection Nicole Roch

L’année suivante, le 9 novembre 1927, Victoria Desroches vend la propriété à Edouard Plouffe, hôtelier de Saint-Jérôme. Elle continue toutefois à gérer l’hôtel jusqu’à la fin des années 30.

La famille d’Edouard Plouffe habitait St-Jovite au début du siècle et était propriétaire de plusieurs hôtels dans les Laurentides. Xavier Plouffe, le père d’Edouard, était hôtelier en 1901. Edouard Plouffe, 8e de 14 enfants, prend la relève après le décès de son père en 1910. Lorsqu’il achète le Manoir Lac Mercier, il est déjà propriétaire de l’hôtel près de la gare du Canadien Pacifique à Saint-Jérome depuis 1921, l’hôtel Plouffe.

Un an après le décès de son épouse Ernestine Coupal, il vend le « Manoir Lac Mercier » le 3 octobre 1947 à Joseph «Pit» Pépin et Lionel Vaillancourt. Celui-ci se retire en octobre 1949. Joseph « Pitt » Pépin et son épouse Jeanne Desormeaux administrent l’hôtel jusqu’en novembre 1955.

Coll. Nicole Roch
Coll. Nicole Roch

Ma jeunesse au temps du Manoir Lac Mercier… par Nicole Roch

Le  Manoir Lac Mercier a attiré une clientèle nombreuse jusque dans les années 60, lorsque le Manoir fut détruit par un incendie.

Le nom du « chemin Plouffe » tient son origine de la famille Plouffe, qui ont possédé plusieurs propriétés sur ce chemin près du centre du village.

*****

BAnQ-sud-du-lac-Mercier-vers-1980

Plusieurs parties du lot 36 et 37 en bordure du lac et le long de la voie ferrée ont été vendues par Évelina «Éva » Mercier à des pionniers. Ils y ont érigé des habitations ainsi que quelques commerces, dont l’Hôtel Mont-Tremblant.

BAnQ-Hôtel Mont-Tremblant et baie de l’est

 

Le terrain derrière l’« Hôtel Mont-Tremblant » a d’abord appartenu à  François Archambault, avant d’être vendu à Marcellin Hallé en 1905. Une maison y est construite. Elle sera plus tard détruite lors de l’incendie de forêt qui aurait ravagé la montagne et l’hôtel en 1923

En juin 1919, la propriété fut achetée par Donalda Renaud, veuve de Wilfrid Guay, également propriétaire de l’hôtel le « Lac Mercier Inn ».  La maison, telle qu’on l’aperçoit aujourd’hui, y est érigée à cette époque.

Dans le but de profiter de l’air de la campagne et sur recommandation de son médecin, Irène Bréard, épouse du bijoutier montréalais Damien Poissant, acquiert la propriété en octobre 1924. Cette maison ancestrale est encore occupée aujourd’hui par les descendants d’Irène et Damien Poissant.

En août 1935, la succession d’Évelina Mercier vend à Irène Bréard et Damien Poissant, la petite parcelle de terrain sur le bord de l’eau et y érigent un petit garage qu’on aperçoit encore aujourd’hui sur la rive sud-est du lac.

*****

On peut encore aperçevoir de nos jours certaines des constructions de cette époque.

*****

Les lots 1, 2 et 3 du rang D du canton de Clyde: (Est)

En 1892, les lots 1, 2 et 3 du rang D du canton Clyde, soit tout le secteur sud du lac Mercier adjacent au canton de Grandison, avaient d’abord été réservés pour Honoré Mercier. À la fin du 19e siècle, Bénoni St-Jean, un menuisier  du canton de Clyde, obtient les lettres patentes du gouvernement du Québec pour ces lots,

Sur ce vaste territoire au sud du lac,des bâtisses sont bientôt érigées.

Le 18 juillet 1902, il vend ces trois lots à Jérémie Bonnier dit Laplante, un cultivateur du canton de Clyde.Jérémie Bonnier avait immigré de France en 1902.

Lots 1,2,3 rang D (Est) Clyde

 

 

Quatre mois plus tard, le 18 novembre 1902, Jérémie Bonnier vend toute la partie Est des lots 1, 2 et 3 du rang D à Joseph Cyr, un entrepreneur de St-Jovite.

Joseph Cyr (veuf de Delphine Trudel) vend ses lots à Donalda Renaud (veuve de Wilfrid Guay) le 14 mai 1917. Le même jour, Donalda revend ces même lots à William Middleton (Pauline Paiement).

C’est le 12 novembre 1918 que Louis Letendre (Éléonore Rochon) devient à son tour propriétaire d’une partie des lots et des bâtiments qui y sont érigés.

-Louis Letendre vend à Joseph Lévi Bougie (Yvonne Touchette) le 7 mars 1922. Entre mars 1922 et février 1930, plusieurs propriétaires possèdent les lots 1, 2 et 3, puis ces lots sont subdivisés.

-William Middleton conservera la partie nord du lot 1.

Le 23 février 1930, Arthur Dauphin, chef de gare, vend le lot 1-2 du rang D à Victoria Desroches, veuve d’Ulric Surprenant,

-Victoria Desroches vend le lot 1-2 avec les bâtisses qui y sont érigées à l’hôtelier Edouard Plouffe (Ernestine Coupal). le 10 septembre 1937. Edouard Plouffe devient alors propriétaire de tout le terrain derrière le « Manoir lac Mercier« , dont il est propriétaire depuis  10 ans.

 

retour: