Les lots des côtés est et nord du lac

Les lots du  versant est

Les lots 1, 2 et 3 du rang D du canton de Clyde:

-À la fin du 19e  siècle, Bénoni St-Jean, un menuisier, puis hôtelier du canton de Clyde, obtient par lettres patentes du gouvernement du Québec, les lots 1, 2 et 3 du rang D du canton Clyde, soit tout le secteur sud du lac Mercier. Ce vaste territoire couvre environ la moitié du lac. Des bâtisses ont été érigées sur ces lots.

Le 18 juillet 1902, il vend ces trois lots à Jérémie Bonnier dit Laplante, un cultivateur du canton de Clyde.

>>>… la Suite…

Le 18 novembre 1902, Jérémie Bonnier vend toute la partie est des lots 1, 2 et 3 du rang D à Joseph Cyr, un entrepreneur de St-Jovite.

Joseph Cyr (veuf de Delphine Trudel) vend ses lots à Donalda Renaud (veuve de Wilfrid Guay) le 14 mai 1917. Le même jour, Donalda revend ces même lots à William Middleton (Pauline Paiement).

Le 12 novembre 1918 que Louis Letendre (Éléonore Rochon) devient à son tour propriétaire d’une partie des lots et des bâtiments qui y sont érigés. William Middleton  conservera la partie nord du lot 1.

C’est sur le lot 1, à la ligne de division des cantons de Grandison (lot 37) et de Clyde (lot 1), que la famille Mercier vient passer ses étés. Cette résidence deviendra plus tard le Manoir lac Mercier. Plusieurs propriétaires occuperont cet emplacement jusqu’à ce qu’Edouard Plouffe n’en devienne propriétaire le 22 mars 1938.

Collection Nicole Roch

« Les Mercier, premiers villégiateurs« 


Les lots des versants nord  et nord-est  du lac

Les lots 5 à 12 du rang E du canton de Clyde:

Dans la section destinée à l’industrie, on a pu retracer l’historique de ceux qui possédaient les lots 5 à 12 du rang E dans le canton de Clyde: en 1902 : propriété du marchand provincial de bois Salomon Cole, en 1906 : A.D.Gall Petroleum & Chemical, -en 1910 : la Laurentian Chemical Co. -en 1932 : la  Standard Chemical Co..

_ _ _ _ _

-C’est le 13 janvier 1943 qu’une partie de ce vaste territoire au nord-est du lac (Lots 5 et 6 du rang E) est acheté par le curé Charles-Hector Deslauriers.

-Les lots 5 est revendu en 1943 à Bertrand Tremblay, auditeur de Montréal. En 1974, le terrain sera vendu à Zotique Richer puis à Valeria Bucovetsky. Ce territoire deviendra plus tard la partie est du « chemin des Boisés » et le « chemin des Futaies« .

-Le curé Deslauriers vend le lot 6 du rang E le 19 septembre 1974 à Nicole Morin (Joël Yanow). Le couple subdivise le terrain, y trace des chemins et développe le versant nord-est du lac.

_ _ _ _ _

-Le 17 juin 1940, le plus jeune frère du curé Deslauriers, René Deslauriers, à cette époque vendeur à Montréal, obtient les lots 7, 8 et 9A du rang E du canton de Clyde, soit tout le secteur nord du lac adjacent à la voie ferrée du C.P.R.

>>> … la suite…

Dès 1959, René Deslauriers commence à se départir graduellement de parties des lots du rang E au nord de la voie ferrée. Des parties des lots 8 et 9A du rang E au  nord-ouest du lac sont vendues aux Lagendyk, à Janine Caron et Gérard Caron, descendants d’Euclide Caron, et à Marcel Desjardins, descendant de Joseph Desjardins. Les Lagendyk, Caron et Desjardins développeront ce secteur nord-ouest du lac durant les années 70. Le chemin desservant ces terrains  s’appelait à l’époque « rue Desjardins». Depuis les années 1990, on le connaitra sous le nom de « l’ Impasse-des-perdrix« . C’est en mai 1986 que le chirurgien orthopédique Dr. Chris Carruthers achète la maison ancestrale que Janine Caron avait érigée en 1973.

Voir  « À chacun sa petite histoire« 

René Deslauriers vend un droit de passage à Nicole Morin-Yanow en octobre 1974 afin pour permettre la construction du « chemin Des Boisés » à travers les lots 7 et 8 du rang E et de desservir les terrains du côté nord-est du lac.

Depuis l’existence de ce chemin, ceux qui possèdent des chalets sur le bord de l’eau peuvent maintenant accéder au chemin en achetant le terrain de l’autre côté de la voie ferré.

En 1973, René Deslauriers cède une partie du lot 9A du rang E à sa fille Claire (Yvon Morel) en 1974, puis une partie du lot 8B du rang E à son autre fille Céline (Richard Moreau) en 1976. En 1989, les portions des lots 7 et 8 du rang E plus haut dans la montagne, sont vendues à des promoteurs immobiliers qui développeront le territoire du chemin Franc-Nord et du flanc de la montagne.

>>>  retour: