Les usages du parc linéaire à travers les ans

La partie nord du lac Mercier était encore inhabitée jusque dans les années 1970. Quelques chalets en bordure de la voie ferrée n’étaient occupés que durant la saison estivale.

Le « chemin des Boisés » a été développé vers l’année 1975.

L’historique du parc linéaire a été résumé dans l’introduction du jugement Langlois du 30 novembre 2004, (ìnterdiction aux motoneigistes de circuler sur le parc linéaire), dont voici un extrait:

…« Le chemin de fer entre St-Jérôme et Mont-Laurier est construit au début du 19e siècle; l’emprise ferroviaire (l’emprise) appartient au Canadien Pacifique (CP).

 Après un grand essor, il subit, durant les années 1970, un déclin : la fréquence des convois hebdomadaires de marchandises diminue et le service de transport de passagers est abandonné….

 Durant les années 1980, le CP cesse complètement le transport de marchandises et obtient, éventuellement, l’autorisation d’abandonner les voies ferrées.

[20] Les rails sont démantelées  durant les années 1990.

 [21] Le Gouvernement, dès la fin des années 1970, montre un intérêt à acquérir éventuellement l’emprise, tout comme d’autres emprises ferroviaires abandonnées, afin qu’elles soient utilisées à des fins publiques.

 [22] La MRC des Laurentides, le 12 janvier 1989, adopte une résolution se prononçant en faveur de l’abandon du service ferroviaire St-Jérôme/Mont-Laurier et de l’aménagement d’un parc linéaire sur l’emprise. »…

          Pour en savoir plus sur la décision du juge Langlois

démantèlement des rails de la voie ferrée

Le démantèlement des rails de la voie ferrée dans les années 80 est le début d’une grande divergence entre les citoyens.

L’emprise ferroviaire désaffectée devenue disponible, est alors offerte aux motoneigistes, tandis que des résidents du lac réclament une vocation « verte » au parc linéaire.

A-PL2

L’Association des résidents du lac Mercier Inc. s’oppose à l’activité des motoneiges sur l’emprise ferroviaire (1990) qui est vite devenue une autoroute de motoneiges.

Un comité du Parc linéaire est formé pour trouver des solutions :

– Rencontres avec les clubs de motoneiges, l’ Association Touristique des Laurentides (ATL)

– Dépôt d’un Mémoire et représentations à la municipalité de Mont-Tremblant, la MRC, le CRLL, le Canadien Pacifique et le Gouvernement provincial, afin de trouver des solutions pour réduire les inconvénients occasionnés par le trafic dense de motoneiges, de jour comme de nuit

– Multiples démarches en vue de suggérer des voies de contournement pour la piste de motoneiges (1991-1993)

Échec des démarches entreprises puis préparation d’un recours judiciaire

Présentation d’une requête pour jugement déclaratoire visant à interdire les motoneiges sur le Parc Linéaire (octobre 1993); le gouvernement du Québec dépose 2 injonctions allant à l’encontre de la cause judiciaire entreprise par l’Association des résidents du lac Mercier.

En août1996, le Jugement Crête rejette la requête de l’Association des résidents du lac Mercier.

piste de course

La surface gelée et lisse du lac Mercier est devenue une piste de course pour les motoneiges durant  les hivers 1992 et 1993.

  • L’Association des résidents du lac Mercier est mandatée de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les droits des riverains. Divers moyens incitatifs sont mis en place pour tenter de contrôler les motoneiges sur le lac (1993-1998)
  • Elle reçoit l’appui de la « Coalition pour la protection de l’environnement du parc linéaire Le petit train du Nord »
Jugements favorables

Jugement Langlois du 30 novembre 2004  interdisant les motoneiges entre Saint-Faustin-Lac-Carré et Labelle.

Après plusieurs années de délai, le jugement ayant été porté en appel, ce n’est qu’en 2009 que les riverains du parc linéaire ont finalement gain de cause.

Pour en savoir plus sur le sujet

 un passé chargé en histoire

L’emprise ferroviaire désaffectée, occupée maintenant par le parc linéaire « Le petit-Train-du-Nord », a un passé chargé en histoire et a donné lieu à de nombreuses démarches afin de préserver la sécurité et la quiétude des riverains de l’emprise.

PL1 (2)

                       

L’Association des résidents du lac Mercier s’implique  de façon constante dans le dossier des usages projetés sur le parc Linéaire :

– Opposition au projet d’asphaltage du Parc Linéaire (depuis 2004)

– Vigilance face aux projets de promoteurs d’activités non écologiques sur le parc linéaire

– Opposition au « Projet de Tram touristique » en 2006;

– Interventions face au « projet de renaissance du P’tit Train du Nord » (depuis 2006, encore actif)

– Requête à la MRC pour une vocation d’activités de plein air non motorisées sur le Parc Linéaire (2005)

Demandes à la MRC de définir les règles, droits et permissions d’occupation dans l’emprise du Parc Linéaire (2005- 2014)

– Constat d’ occupations non autorisées de la bande riveraine au niveau de l’emprise ferroviaire désaffectée

– Demande relative aux permissions d’occupation, suite aux nombreuses installations en bordure le piste,  ( 2005)

Interventions en vue de promouvoir des activités non polluantes sur le parc linéaire

Actions visant à maintenir la stabilité de la surface de l’emprise ferroviaire où d’importants contaminants y sont emprisonnés

Demandes répétées à la MRC de limiter au minimum le contrôle de la végétation sur l’emprise du parc linéaire.

L’Association des résidents du lac Mercier demeure également vigilante en ce qui a trait aux pressions exercées en faveur de l’asphaltage de la surface du parc linéaire.

 Usages:

La majorité des résidents du lac Mercier s’est prononcée en faveur des activités non polluantes sur le parc linéaire.

Le parc linéaire permet à de nombreux amateurs d’activités « vertes » de jouir d’un paysage magnifique en bordure de lac et représente un attrait naturel unique à préserver.

Les interventions posées par l’Association des résidents du lac Mercier ont pour objectifs de :

-maintenir la stabilité de la surface du parc linéaire où d’importants contaminants y sont emprisonnés et limiter au maximum les interventions au niveau de la surface de la piste

-conserver le couvert végétal maximal en bordure de la piste cyclable et redonner au parc linéaire un aspect naturel

-empêcher l’érosion entre le parc linéaire et la berge qui se retrouve à quelques mètres seulement.

Ces objectifs amènent l’Association à s’ opposer à tout usage qui pourrait interférer avec l’état actuel du parc linéaire, en modifiant sa surface ou en élargissant la largeur de la piste.

Les résidents demandent que les normes de protection des rives et du littoral soient respectées.

Durant l’automne 2013, malgré de nombreuses protestations, le conseil municipal a autorisé le pavage du parc linéaire entre le secteur Saint-Jovite et la « Place de la Gare » du village. Peu de temps après l’adoption de la résolution, le pavage du parc linéaire était complété.

activités

-Cyclisme et randonnée pédestre:

La promenade autour du lac Mercier est un attrait de la région. Il n’y a pas beaucoup d’endroit aussi propice à la randonnée pédestre, au jogging ou au vélo familial qui offre cette vue spectaculaire sur le lac.

Les gens viennent se balader au lac Mercier pour y retrouver le cachet campagnard.

Le revêtement de la piste en poussière de pierre  ainsi que la mise en place de haltes de repos contribuent à préserver le caractère naturel  de ce tronçon du parc linéaire.

Parc linéaire Le p’tit train du Nord

-Ski de fond :

En janvier 2011, une entente a été conclue entre la Ville et  Ski de fond Mont-Tremblant, afin d’assurer l’entretien de la piste pour permettre le ski de fond sur le parc linéaire au lac Mercier.

Des représentations sont faites cependant afin que le damage de la piste se fasse à des heures raisonnables et que les barrières demeurent fermées aux motorisés.

PL16

Accès au lac à partir du parc linéaire et Politique de la MRC:

L’accès public à la plage du lac Mercier offre aux résidents et aux visiteurs un lieu de loisirs privilégié.

PL4 (2)

Étant donné que le parc linéaire longe le lac sur 50% de son  périmètre, de nombreux propriétaires riverains du parc linéaire doivent traverser la piste pour accéder à la berge du lac.

La MRC est responsable de définir les droits et permissions d’occupation dans l’emprise du parc Linéaire.

Des occupations non autorisées de la rive et certains abus en regard du déboisement ont été constatés depuis plusieurs années le long du parc linéaire.

Les installations illégales (quais, escaliers, plateformes) de même que l’amarrage d’embarcations à des endroits non autorisés, sont souvent responsables d’une perte importante du couvert végétal.

modification du schéma d’aménagement de la MRC

Dans le cadre du projet de modification du schéma d’aménagement de la MRC concernant le parc linéaire adopté à l’hiver 2013, l’Association du lac Mercier a proposé un compromis afin que les droits d’accès au lac et l’installation de quais soient préservés et encadrés pour nos membres qui sont propriétaires contigus au parc linéaire en bordure du lac Mercier.

Afin de proposer les lignes directrices d’un règlement concernant l’occupation et l’usage de la berge par les riverains dont la propriété touche au parc linéaire, un comité de travail a été formé à la MRC.

 

 

 

 

 

L’Association du lac Mercier a obtenu qu’un représentant de l’association siège sur ce comité.

Une politique autorisant et gérant les droits d’accès au lac a été adoptée par le conseil des maires de la MRC en avril 2014.

 

 

 

 

 

La mise en œuvre de la politique d’occupation de l’emprise riveraine du parc linéaire prévoit :

– l’octroi de nouvelles permissions d’occupation aux détenteurs actuels de baux et aux propriétaires d’un terrain contigu au parc linéaire; l’octroi des permissions et son renouvellement répond à des exigences clairement précisées dans la politique;

-l’octroi d’un délai maximal aux occupants non conformes pour régulariser leur occupation;

– l’obligation pour les nouveaux détenteurs de permission d’occupation de se soumettre aux règles d’utilisation;

– l’obligation de respecter la réglementation municipale à l’égard de la protection des rives et du littoral.

À la fin du délai, aucune permission d’occupation ne sera octroyée ou renouvelée si l’occupant ne se conforme pas aux dispositions de la politique et de la réglementation municipale.

PL10

Août 2016 : Plusieurs propriétaires riverains du parc linéaire ayant répondu aux exigences précisées dans la politique d’occupation, attendent toujours l’octroi d’une permission d’occupation.

Le délai origine, semble-t-il, du Ministère des transports.

 

retour à   Des résidents s’impliquent au sein d’une association