Manoir Lac Mercier

 

Les lots 36 et 37 du rang ll sur lequel est érigé le Manoir lac Mercier,  ont été réservés en 1892 pour le frère du premier ministre Honoré Mercier, Edouard-Henri Mercier. C’est en 1899 que Virginie St-Denis, veuve d’Honoré Mercier, vend ces lots à Edouard-Henri Mercier, ainsi qu’une petite partie du lot 35 du 2e rang de Grandison.

Selon la capsule audio: « Les Mercier, premiers villégiateurs« , les Mercier avaient établi une très jolie villa où la famille allait, à chaque année, passer les mois de villégiature.

À la fin du 19e siècle, Honoré Mercier avait fait construire un camp de pêche au lac Mercier.

BAnQ-LAvenir-du-Nord 1902-Camp-au-Lac-Mercier-1894

 

Des parties de pêche mémorables organisées par la famille Mercier s’y sont tenues à plusieurs reprises.

BAnQ-La Patrie juin 1919-Photo 1895

 

Les Mercier ont remplacé le camp de pêche par une confortable villa pour la famille. C’est le frère d’Honoré, Edouard-Henri Mercier, ainsi que ses descendants, qui ont occupé la villa au lac Mercier, tandis que Honoré Mercier ll, le fils du défunt premier ministre, avait choisi le lac Tremblant pour y installer une place de villégiature.

Collection Nicole Roch

Edouard-H. Mercier décède en juin 1905. Après le décès d’Edouard-Henri Mercier, ses deux filles Cécilia et Évelina sont les héritières. Cécilia cède sa part d’héritage à Evelina « Eva » Mercier, qui devient propriétaire de presque tout le territoire adjacent au lac dans sa partie sud-est.

Lorsqu’ Évelina« Eva » Mercier  décède en septembre 1920, ses propriétés sont léguées à son époux, Alfred Beaudoin, ainsi qu’à ses 6 enfants. Les enfants Beaudoin continuent de fréquenter le lac Mercier pendant plusieurs années.

Le lot 37 sur lequel a été construite la villa des Mercier, a un nouveau propriétaire le 20 novembre 1926: Victoria Desroches, veuve d’Ulric Surprenant,  en son vivant voiturier de l’État du Massachusetts, acquiert la propriété.

Elle la transforme en maison de pension de 12 chambres. La villa devient le « Manoir Lac Mercier« .

L’année suivante, le 9 novembre 1927, Victoria Desroches vend la propriété à Edouard Plouffe, hôtelier de Saint-Jérôme. Elle continue toutefois à gérer l’hôtel jusqu’à la fin des années 30.

La famille d’Edouard Plouffe habitait St-Jovite au début du siècle et était propriétaire de plusieurs hôtels dans les Laurentides. Xavier Plouffe, le père d’Edouard, était hôtelier en 1901. Edouard Plouffe, 8e de 14 enfants, prend la relève après le décès de son père en 1910. Lorsqu’il achète le Manoir Lac Mercier, il est déjà propriétaire de l’hôtel près de la gare du Canadien Pacifique à Saint-Jérome depuis 1921, l’hôtel Plouffe.

BAnQ-La Patrie 22 juin 1933-Manoir Lac Mercier

 

Un an après le décès de son épouse Ernestine Coupal, il vend le « Manoir Lac Mercier » le 3 octobre 1947 à Joseph «Pit» Pépin et Lionel Vaillancourt. Celui-ci se retire en octobre 1949. Joseph « Pitt » Pépin et son épouse Jeanne Desormeaux administrent l’hôtel jusqu’en novembre 1955.

Coll. Nicole Roch
Coll. Nicole Roch

Ma jeunesse au temps du Manoir Lac Mercier… par Nicole Roch

Le  Manoir Lac Mercier a attiré une clientèle nombreuse jusqu »à l’hiver 1956, alors qu’il fut détruit par un incendie. Anita Beauchesne et Jude Tétreault en étaient alors propriétaires.

BAnQ-La Patrie 17 janvier 1956

 

Le site de l’ancien hôtel ainsi que les petits chalets de l’époque appartiennent maintenant à Christiane Tétreault.

*****

Le nom du « chemin Plouffe » tient son origine de la famille Plouffe, qui a possédé plusieurs propriétés sur ce chemin près du centre du village.

La fille d’Edouard Plouffe, Gabrielle Plouffe-Monette, a habité sur le chemin Plouffe jusqu’à son décès en 1996.

Le fils de François et petit-fils d’Edouard, Pierre Plouffe, s’est démarqué en remportant la coupe du monde en ski nautique en 1971 et a fini 5e aux Jeux olympiques de Munich en 1972. Il a commencé à faire du ski nautique à l’âge de 10 ans et fait sa première compétition au lac Ouimet à Mont-Tremblant. Toujours passionné de ski nautique et compétiteur dans l’âme, il continue de relever des défis tout en s’occupant du « Centre nautique Pierre Plouffe » au lac Tremblant.

 

  >>>  retour: